Carnet d'études

Comme son nom l'indique, Carnet d'études se veut le reflet de ma recherche créative tant en sculpture qu'en dessin. Il abritera surement aussi des poèmes, chansons, pensées du moment et bien sur, mes coup de cœur pour le travail d'autres artistes.

14 septembre 2011

Des choses à mettre en mots

Parfois, les émotions dansent à la limite du champ d'action des mots. Une prise de conscience se fait jour pour s'abimer tout de suite après dans les limbes de l'oubli et de la formulation inadéquate.

"On ne peut pas plaire à tous". Encore heureux! Chacun est différent. Seul ce qui est plat et sans saveur ne heurte la sensibilité de personne, ne déplaît à personne et est donc susceptible de plaire à tous. Et pourtant, quelle tentation que le confort ouaté du consensuel! Il y a du bien être, de la douceur la dedans, de l'anesthésie aussi.

J'ai des envies de vigueur, de vitalité, d'affirmation. Mais pour affirmer quoi, au fait? Sitôt que j'y pense, je ne sais plus le dire. Je suis comme obligée d'agir d'abord et de penser ensuite pour ne pas me renier, me trahir.

Pourtant, le regard d'autrui m'est devenu primordial. Je ne sculpte plus pour moi seule mais pour donner à éprouver des émotions. Ce qui me traverse prend corps dans la matière. Je le vois, l'analyse, l'objective une fois que c'est là. Mais cette émotion matérialisée, comment sera-t-elle reçue par qui voit une de mes sculptures? Sera-t-elle seulement reçue? Ou la personne ne verra-t-elle qu'un objet coloré sans fonction, sans destination, sans vie? Un simple loisir d'adulte désoeuvrée qui a envie de se faire croire qu'elle est une artiste?

C'est une réaction de cet ordre qui m'a glacée aujourd'hui à coté des mots chaleureux que mon travail a suscité ces derniers jours. Une connaissance qui ne savait rien de mon travail de sculpture. Elle était donc vierge, non influencée par mon enthousiasme à ce sujet. Et ce fût la douche.

Ho, elle n'a pas critiqué, ni en bien, ni en mal. Elle n'a juste rien ressenti. Ou si, un simple désintérêt poli.

Posté par Sylene à 22:12 - Voyage intérieur - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    Comme je te comprends !! C'est ce qu'il y a de plus difficile dans toutes expressions de soi, où l'on se met à nue : l'indifférence. Il vaut mieux parfois un démontage en règle à ça !! ^^'
    Cela fait partie du lots d'expériences que nous, Artistes, trimballons dans notre besace. Il ne faut pas que cela t'atteigne, ni te fasse douter.
    Allez, je te fais un gros câlin pour la peine !! ^3^

    Posté par Sabine, 14 septembre 2011 à 22:52
  • Oui, t'as tout compris! J'aurais préféré qu'elle me dise que c'était moche ou trop ceci ou pas assez cela, n'importe quoi plutôt que ça!
    Ça m'a atteint, forcément, mais douter, j'peux pas, je ne peux pas me le permettre, c'est viscéral il faut que je crée.
    Merci tout plein pour le soutien, ça fait un bien fou.
    Calinou tout doux <3

    Posté par Nathalie, 14 septembre 2011 à 23:01

Poster un commentaire