Carnet d'études

Comme son nom l'indique, Carnet d'études se veut le reflet de ma recherche créative tant en sculpture qu'en dessin. Il abritera surement aussi des poèmes, chansons, pensées du moment et bien sur, mes coup de cœur pour le travail d'autres artistes.

13 janvier 2007

Du besoin de contrôler

Ça fait quelques séances que Jean-Marc me complimente sur ma capacité à pousser jusqu'au bout mes raisonnements sur la perspective. Ça fait plaisir à entendre, et en même temps, ça m'amène à m'interroger sur mes motivations profondes.

Je crois que ce qui me pousse à ne pas lâcher, à mener la réflexion jusqu'à l'obtention d'une réponse claire et définitive, même sur des détails insignifiants tiens aux mêmes raisons qui m'ont amenée à polir mes sculptures jusqu'à l'extrême, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus la moindre aspérité, la moindre imperfection perceptible, quitte à supprimer au passage une part non négligeable de la vie et de la spontanéité exprimée au travers de l'objet.  C'est le même "schéma comportemental" (faute de mots plus appropriés) qui m'avait amenée, sur le dessin que je suis en train de faire de l'hippocampe, à faire les épines régulières, rythmiques, pompières, sans vie, sans fantaisie. Heureusement, sur ce coup là, Jean-Marc m'a rattrapée à temps, avant que je m'enferre dans ma rigidité, ce qui m'a permis de retrouver le cap de la souplesse et de l'élégance.

Les motivations de cette rigidité donc. Encore et toujours le besoin de contrôler. Je réagis comme s'il m'était vitale de contrôler tout ce que je fais de bout en bout, de ne laisser aucune place à l'imprévu, au fortuit. Je sais bien pourtant (du moins, intellectuellement) que la vie est un équilibre apparemment précaire et pourtant très ferme entre rigueur et chaos, que c'est le petit grain de folie, d'incongru, d'incontrôlable qui est au coeur de la joie que j'ai à vivre chaque instant. Il n'empêche que ça me demande énormément d'attention, de lucidité et en même temps de quiétude pour garder la porte ouverte à la spontanéité, au jeu et à la joie.

Long est le chemin vers soi et belle, cette lueur d'espoir qui m'aiguillonne et me pousse sans trêve.

Posté par Sylene à 13:43 - Voyage intérieur - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire